Médecins, vous moquez-vous de nous ?

A force de perdre mon temps dans les salles d’attente des différents représentants de la médecine, la moutarde a commencé à me monter au nez. Et quand l’énième retard concerne un rendez-vous pour mon fils âgé d’un mois et demi, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase.

mioursmipanda-attente-medecin

De tout temps, j’ai toujours connu une attente assez conséquente lors de rendez-vous chez les professionnels de santé. D’ailleurs, qu’ils s’agissent de généralistes ou bien de l’ophtalmo, du radiologue et j’en passe, c’est presque toujours la même chose. Seuls quelques uns, ainsi que les ostéopathes et les dentistes semblent faire exception à la règle. Et comme depuis tout gamin, je suis passé par pas moins d’une douzaine de déménagements, des toubibs j’en ai vu un paquet. Et pourtant, c’est souvent la même rengaine. Une fois, chez un ophtalmo, c’est même deux heures d’attente qu’il m’a fallu patienter !

Dernièrement, ça m’est arrivé deux fois en l’espace de dix jours. Une première fois chez un généraliste que je consultais pour une ordonnance. Rendez-vous à 11h15 tapante fixé par lui-même. Et tandis que j’étais pourtant seul dans la salle d’attente, à 11h55 j’ai finalement pris la décision de demander mon ordonnance à un autre. Puis Jeudi dernier, rendez-vous à 15h00 chez le radiologue pour mon petit bonhomme d’un mois et demi afin d’effectuer un contrôle de routine. Sans se soucier de quoique ce soit, dans une salle pleine à craquer ou tout le monde semblait subir la même interminable attente, les médecins passaient la fleur au fusil sans en avoir rien à carrer. Si bien qu’à 15h50, j’ai clairement exprimé ma grogne, remis Noé dans le siège auto et avec ma femme nous sommes partis. On prendra un autre rendez-vous ailleurs.

En dépit du fait qu’on ne fait pas patienter un bébé presque une heure, je me suis alors demandé pour qui se prennent les médecins. Loin de moi l’idée de faire une généralité – certains tiennent leurs horaires et les médecins d’hôpitaux sont dans un contexte différent – mais en creusant un peu et en parlant du problème autour de nous, on s’est rendu compte que non seulement nous sommes loin d’être les seuls, mais qu’en plus de quoi certains se sont fait engueuler par le toubib pour avoir exprimé leur mécontentement !

Sans déconner, mesdames messieurs les médecins, de qui vous moquez vous ? Serait-ce trop dur pour vous d’effectuer une moyenne horaire et de vous cantonner à un nombre de patients journalier ? Dix ans d’études et incapable de gérer correctement un emploi du temps ? Je veux bien que les journées fluctuent et que certains patients nécessitent une diligence particulière, ou bien que vous puissiez avoir des imprévus, mais au delà d’une demi-heure de retard à répétition, c’est du foutage de gueule. Et quand bien même ça pourrait s’expliquer, un petit tour dans la salle pour vous excuser de l’attente prolongée, ça vous ferait mal ? Quand à l’excuse que chaque patient est différent, ça ne passe pas : certains d’entre-vous aiment simplement tailler le bout de gras et vous n’allez pas me faire croire qu’un ophtalmo en retard de deux heures n’a pas un problème d’organisation.

Ma réflexion est alors la suivante : tandis que nous avons besoin des médecins, certains d’entre eux n’ont finalement plus aucun respect pour leurs patients. Ils savent qu’on a besoin d’eux et celui qui n’est pas content n’a qu’à aller voir ailleurs, mais devoir mobiliser une demi journée pour avoir l’assurance d’une consultation n’est pas acceptable. On pourrait leurs pardonner de vouloir faire du chiffre s’ils étaient sous-payés, mais c’est loin d’être le cas. Jusque là je me suis toujours montré hostile à l’uberisation des professions. Quand on sait que cette peste noire numérique commence à s’abattre sur les professions de santé et que c’est cette même attitude irrespectueuse qui coûte cher aux taxis aujourd’hui, j’ose espérer qu’il y aura un sursaut avant que ce ne soit notre santé qui en pâtisse directement.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

  

Sébastien

Consultant en communication, designer graphique, formateur, blogueur, chroniqueur radio, catholique, metalleux, zèbre et électron libre. Mi-ours, mi-panda et re-mi-ours derrière.

Recevez ma newsletter

Assurez-vous de ne plus manquer un seul article en vous inscrivant à la mailing-list du blog de Mi-ours, mi-panda et re-mi-ours derrière.
En m'inscrivant, j'accepte de recevoir par e-mail une newsletter contenant les derniers articles du blog et je prends connaissance de la politique de confidentialité du site.

Un autre article ?